• suite et fin ... commentaire du texte precedent ..

    L’exigence de lucidité nous fait s’interroger sur le sens de nos actes, de nos paroles, de nos opinions alors que l’illusion prétend à montrer une image réelle mais en réalité trompeuse, un leurre magistral qui provoque une confusion entre le désir et la réalité. 

    Je crois que ce texte traite largement en quoi consistent les vices certains et les vertus possibles de l’illusion, à quelles conditions il est possible de se prémunir de l’illusion et enfin à s’interroger sur la signification profonde du désir de lucidité. A mon avis, cet idéal de lucidité se heurte à certaines difficultés. Il devient difficilement réalisable quand l’illusion est une sorte d’ignorance de soi et du monde extérieur. On peut sincèrement vouloir être lucide et s’illusionner sur sa propre lucidité ! Pour y parvenir il faut une bonne dose de force de caractère  et surtout une volonté de rationalisation du réel. En fait, l’idéal de vérité est posé et rendu accessible par la raison. La vérité reste une idée de la raison, une valeur, et en faisant le pari de la raison on s’oppose ainsi aux séductions des préjugés, opinions, apparences et autres modes de la croyance et de l’illusion.

    La finalité de la vie humaine est le bonheur. Toutes les pensées et les actions des hommes tendent vers ce but. Le bonheur dominé par l'illusion ne peut être qu'un bonheur factice, à la merci de la première désillusion venue. Nous savons que l’illusion nait du doute qui témoigne d'une incapacité, d'une impuissance qui prend la forme d'une faiblesse. Il est une défaite de la pensée devant la difficulté d'un problème que l'on ne se sent pas les moyens de résoudre. Il fait renoncer à la vérité et donc il devient conclusion. Vivre dans l’illusion c’est fuir notre responsabilité de Vie. Fuir par peur d'être ébloui par la lumière d'une vérité qui nous dépasse. 

    Sans vouloir trop définir il faudrait prendre conscience de la distance infranchissable présente entre le monde perçut et le monde réel. Ce que nous appelons réel est un ordre moral extérieur, le résultat d’un consensus présent dans la conscience collective. Ceci, même si nous admettons volontiers que les autres puissent soutenir des vérités différentes des nôtres, comme en témoigne l'expression courante : "à chacun sa vérité" qui est porteuse d'une double revendication, à la fois de vérité et de liberté. Ceci simplement parce qu'il y a plusieurs vérités car nous n’avons pas tous la même perception du monde extérieur. 

    Donc, valoriser la lucidité, comme capacité à "regarder la réalité en face " c’est dénoncer l’illusion comme négative et dangereuse, un mal qui emprisonne les hommes, qui les détourne de la réalité et leur interdit de pouvoir connaître la vérité et vivre dans le monde réel... Je suis persuadée que bon nombre de personnes ne font pas le choix de vivre dans l’illusion. Ils la subissent mais ne la choisissent pas. Certains sont heureux dans leur vie utopique, elle leur plait. Voilà pourquoi je me pose la question…L’illusion n’a-t-elle pas cette fonction possible d’être salutaire, d’aider à accepter l’inacceptable ? L’illusion ne protègerait-elle pas du désespoir et du vide de l’existence ? La réponse est paradoxale …et s’il fallait échapper un moment à la réalité pour mieux l’affronter ?

    Bref, to make short work of this subject, je pense que la vérité la plus précieuse est au fond de notre cœur comme le dit implicitement Ness. A chacun de partir en quête de sa vérité intérieure, celle qui apporte le bonheur, le vrai, pas celui que la société veut nous vendre pour alimenter le système absurde qui la fait fonctionner. On peut vivre dans ses illusions, refuser la vérité, mais à condition de ne pas berner les autres. L’illusion berce et ôte l’envie d’être combatif. Mais aussi, l'illusion console, protège, enthousiasme - bref, elle permet le bonheur artificiel, c’est ce qui la rend incompatible avec la réalité lorsque celle-ci n’est pas conforme à nos attentes. Vouloir donc le vrai bonheur nécessite une réflexion sur soi, sa relation aux autres et sa propre relation à soi. C’est la seule manière d’accéder a la liberté qui elle-même donne accès au désirable absolu. L’idéal serait de posséder le libre arbitre, le droit de choisir, d’être le propre auteur de nos actes pour construire son bonheur selon sa propre définition. Or la réalité est pavée d’obstacles, d’embuches, d’événements heureux, malheureux, de l’imprévisible, du déroutant…. Voila pourquoi tous les hommes ne désirent pas la sagesse, ils ont tendance à imaginer, à rêver le réel et non à le voir tel qu’il est, ils préfèrent tout simplement se réfugier dans le confort et le réconfort de l’illusion….

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :